La Bible de la Bière et des Brasseries - www.biblebiere.com
Le plus grand référentiel mondial connu à ce jour
Brasserie Caracole
Côte Marie-Thérèse
B-5500 Falmignoul
BELGIQUE
Tél : +32 (0) 82 74 40 80

Caracole
Fondation 1990
Maître Brasseur Jean-Pierre Debras & François Tonglet
Production 1400 HL
Contact Web / Mail
Brasserie Artisanale : N.B. : l'usage de ce terme est réglementé pour protéger les Artisans : en savoir plus (DGCCRF)

... Localisation en cours ...
La Caracole – brasserie Les Moussoux, sept générations de Gentlemen-Brasseurs C’est en 1994 que la brasserie La Caracole a repris l’activité de la brasserie Moussoux qui fut fondée en 1765. L’année 1765 marque le règne de Marie- Thérèse d’Autriche et c’est donc avant Voltaire, avant Lafayette, avant la révolution française (1789), avant la déclaration d’Indépendance des Etats-Unis (1776), que la Brasserie Moussoux fut fondée par Charles-Joseph Moussoux (1720- 1803) à Falmignoul , au lieu-dit « Côte Marie- Thérèse », sur les hauteurs de Dinant, à quelques kilomètres de l’Abbaye de Leffe .
Le « chemin de Falmignoul » qui reliait Dinant à Givet avait été accordé « perpétuellement, irrévocablement et entièrement libre », après beaucoup de débats, à la France en 1767 par Marie- Thérèse d’Autriche en échange de la souveraineté des terres de St Hubert dont Falmignoul faisait partie ; d’où le nom de « Côte Marie Thérèse ». Cette souveraine appréciait la région car en 1762, un Dinantais, Pierre-Joseph Lion, devint son peintre particulier ainsi que celui de l’empereur Joseph II, son fils. Fin 1765, Charles-Joseph transforme le bâtiment d’un marchand de blé, Mr Fabre (archives Bodart), en une brasserie sur un endroit idéalement placé car Falmignoul et sa Côte Marie –Thérèse étaient un point de relais de poste important sur la route Bruxelles Nancy (P.145 Calendrier Royal de 1765). C’est par cette même Côte Marie- Thérèse que le Maréchal Grouchy et ses troupes en déroute (32.000 hommes) traversèrent Falmignoul après la bataille de Waterloo. C’était la seule route qui menait à Givet : ceci est confirmé par plusieurs sources dont les documents de la Société Archéologique de Namur et le Docteur Darrigade, chirurgien qui soigna les blessés de la bataille ; « Grouchy gagna Dinant, monta sur Falmignoul pour redescendre sur Givet ».
Charles-Joseph Moussoux a 45 ans et en sept générations (Gérard, Nicolas, Felix, Albert, Joseph et Jean), l’activité se développe, une malterie est construite et l’ensemble devient une des principales brasseries du sud du pays. Sa réputation était grande et se diffusa rapidement dans les années 1900. C’était l’époque faste de Léopold II, Dinant, Waulsort et Hastière étaient des sites de villégiature à la mode, agrémentés de nombreux palaces. Felix et Albert multiplièrent les points de vente en Belgique (Bruxelles et Liège) et en France. Ils font réaliser les affiches publicitaires par un grand artiste de l’époque, Rassenfosse, ami de Félicien Rops. Felix, avocat également, fut actionnaire de la SA « Les Grands Hôtels Belges » qui exploitait notamment le Château d’Ardenne. Les années 1880-1920 marquent l’apogée de ces maîtres-brasseurs.
Aline Moussoux, fille de Felix, épouse à Falmignoul l’avocat Henri Vermer et par leurs enfants, la famille s’allie aux Rolin, Cousin, Delcourt, van Zuylen, Nemery, de Laet et Lhoist. Jacques Vermer fut nommé ambassadeur de Belgique en Uruguay en 1972. Jeanne Rolin épousa Louis Delhaize, fondateur des magasins éponymes, qui est enterré à Falmignoul à côté du caveau familial des Moussoux. Les Moussoux se lient d’amitié avec les Wielemans, brasseurs à Bruxelles depuis 1862 (la bière Wiel’s, Hôtel Métropole) ; Marcel et Claude passent régulièrement leurs vacances à Falmignoul et Marcel épouse… Charlotte Cousin (livre « Albert Vermer, mon père »). Eugénie Moussoux, soeur de Félix, est amie de la famille Laubespin, encore actuellement propriétaire du château de Freyr. (Les Amis de Freyr/année 1908). « Chasseurs et brasseurs à leurs heures », telle était la réputation des Moussoux qui cultivaient une troisième passion : l’opéra et l’art lyrique. Albert Moussoux, cinquième génération de maîtres- brasseurs, épouse la diva Thérèse Ganne, de l’opéra de Bordeaux (peinte sur six toiles entre 1900 et 1901 par Toulouse-Lautrec, Musée de Philadelphie) qu’il rencontre lors d’un de ses passages au Théâtre Royal de la Monnaie de Bruxelles. Félix, Albert, ténor reconnu et Albert Vermer font partie des disciples de Grétry, célèbre chorale liégeoise qui commémorait notamment les funérailles des personnalités en Belgique et France. Survient la guerre 14/18 : Joseph et Léon Moussoux sont tués, l’un à la guerre, l’autre le 15 août 1914 en voulant dégager des blessés à Dinant. Le même jour, à quelques mètres de là, sur le pont qui enjambe la Meuse, le lieutenant Charles de Gaulle, futur président de la République française, est touché à la jambe. Albert Moussoux reçoit la médaille de Reconnaissance française pour aide et assistance aux soldats français (Journal officiel de la République française du 3 août 1921). Hector fait prospérer la brasserie et cède le relais à Jean (mon grand- père), fils de Joseph. A deux reprises, celui-ci est fait prisonnier en Allemagne et s’en évade (archives Moussoux, lettre d’un de ses amis, co-évadé). En janvier 1929, à 31 ans, lors d’une battue aux sangliers, Jean Moussoux est tué accidentellement (Journal Horizon de Dinant, 26 et 27 janvier 1929 – archives Moussoux). Sa femme, Suzanne Tasiaux, mère de deux enfants en bas âge (dont mon père), rejoint les Vermer à Dinant, cède la gérance à Monsieur Lamotte, puis lui revend l’activité quelques années plus tard. En octobre 1994, deux passionnés reprennent les installations et c’est ainsi que «La Caracole » perpétue la tradition d’une brasserie qui fête en 2015 ses 250 ans ! Pour commémorer cet anniversaire exceptionnel, une bière Moussoux « L’EPATANTE » a été spécialement conçue et tirée le 14 avril 2015 à Falmignoul. Ce brassin d’un blond doré et clair est constitué de fleurs de houblons fins naturels et d’orge malté qui en font une bière d’une longue amertume et vivante, fermentant encore en bouteille. Une étiquette originale reprend les grands thèmes des Moussoux ; ce cru est diffusé avec succès par Bruno Moussoux ( 0475.85.33.65/ moussoux@cabmx.be) chez les amateurs . Très bel article d’Horecanews qui salue « une belle réussite ». Sept générations de brasseurs fiers de la région dinantaise, 250 ans d’amour de la nature, de la chasse, et une belle conduite exemplaire pour défendre le pays. La commémoration de cet anniversaire est un devoir de mémoire et, comme l’aurait pratiqué mon père, un soutien à la brasserie Caracole. La Caracole, c’est une autre belle histoire … Bruno Moussoux (Archives, documents et recherches généalogiques) 0475.85.33.65


La Brasserie Caracole produit les 6 bières suivantes :

Caracole
L'Epatante
L'Epatante
Nostradamus
Saxo
Troublette

(c)-2000*2018 La Bible de la Bière et des Brasseries