La Bible de la Bière et des Brasseries - www.biblebiere.com
Le plus grand référentiel mondial connu à ce jour
Brasserie Amos
Rue Mangin
F-57000 Metz
Moselle
FRANCE

Fondation/Fermeture 1968 -> 1993

S'il n'y a pas de repère sur la carte, Google n'a pas réussi à la localiser ...

Amos appartient au groupe Karlsberg depuis ?

1868, Gustave Amos lance la fameuse bière de Metz qui porte son nom.
Amos, c'est l'histoire d'une famille qui se confond avec celle de la bière, au rythme des progrès de l'industrie et des goûts du consommateur.
La Porte des Allemands a beaucoup voyagé.
A travers toute la France. Le symbole de la marque Amos a vu se remplir et se vider bien des chopes mousseuses, transpirantes de fraîcheur. Qu'on se le dise, "la bière de Metz" a vécu de beaux jours sur les comptoirs.
Sur le fauteuil de la direction, les enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants de Gustave Amos se sont succédé. L'histoire d'Amos, c'est avant tout celle d'une famille. Le 1er octobre 1868, le jeune brasseur alsacien Gustave Amos, né à Wasselone, en Alsace, s'installe à Metz pour fonder sa célèbre brasserie,
à l'angle des rues Hollande-Piquemal et Belle-Isle. L'épopée Amos est lancée. Quelques années plus tard, la brasserie déménage au Sablon, rue Mangin, sur un vaste terrain en friche de 29.000 m2.
En 1965, Gérard Frantz, arrière-petit-fils de Gustave Amos, prend la direction de l'affaire, jusqu'en 1996. Aujourd'hui encore, plus de la moitié des cafés messins servent la bière Amos à la pression.
C'est la Brasserie de Saverne, dans le giron de Karlsberg, qui continue de produire la bière Amos. Près de trois mille brasseries en 1920, une cinquantaine en 1980, une douzaine aujourd'hui.
Les petites ou moyennes brasseries françaises, après rachat, fusion ou concentration, ont presque toutes disparu au profit de grands groupes comme Heineken ou Kronenbourg. D'entreprises à caractère familial et artisanal pour la majorité, elles ont dû se rapprocher d'un modèle industriel pour survivre. Cette transformation n'est pas des plus évidentes pour tous, mais la famille Amos a su pendant plus de cent vingt ans faire face au "temps qui passe". Nouvelles machines, nouveaux produits, nouveau marché, la famille a voulu évoluer. La petite entreprise, qui dans les années quarante avait du mal à desservir à plus de cinquante kilomètres de Metz (pour un problème de conservation), livre jusqu'à Paris, Marseille, Lille ou encore Limoges, dans les années soixante.
Au début des années soixante-dix, la bière vit grâce à près de 150 dépositaires et plus de 3.800 points de vente. Jusqu'à ses dernières heures, en 1993, plus de cent employés faisaient vivre l'usine.
En 1983, une filiale est créée avec pour seule activité la production de bière et de boissons gazeuses.
En 1989, elle sera cédée à Karlsberg. Le brassage et l'enfûtage s'arrêtent définitivement le 31 octobre 1993. Le personnel connaissait l'échéance; pour chacun, une solution a été tentée; Amos ferme ses portes sans banderoles ni manifestations. La tradition, c'est avant tout faire preuve de fidélité.
Les cafés mosellans l'ont compris et continuent de servir cette saveur "douce-amère". Car, même si la bière ne coule plus rue Mangin, le nom d'Amos circule encore, bien au-delà du zinc des comptoirs....

La Brasserie Amos produisait les 3 bières suivantes :
Amos
Amos
Amos

Version 2
(c) 2000-2017 La Bible de la Bière et des Brasseries
Fr